The Loony Bin : Des marionnettes joyeusement déconfinées

Après avoir été contraint à l'arrêt pendant deux ans par une certaine pandémie, l'inimitable marionnettiste Ronnie Burkett était de retour à Montréal, à la Maison internationale des arts de la marionnette (MIAM), le temps de cinq représentations avec une nouvelle création encore au stade exploratoire. Car que fait un marionnettiste tenu loin des salles de théâtre sinon dresser un castelet de poche dans son salon et s'amuser avec ses créatures d'infortune?

Louise Lapointe nommée Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République Française

Une magnifique nouvelle cette semaine : Louise Lapointe, fondatrice, entre autres, de Casteliers, a été nommée Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République Française, une distinction accordée par Madame Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture de la République Française, «pour sa contribution remarquable au rayonnement des arts de la marionnette et au renforcement de la coopération dans ce domaine artistique entre la France et le Canada ».

L’Amérique à l’honneur lors de la prochaine édition du Festival de Casteliers

La 17e édition du Festival de Casteliers, qui célébrera le retour en salles des artistes et artisans du 11e art, mettra en lumière cette année la marionnette de l'Amérique du Nord, grâce onze spectacles (4 pour 13 ans et plus (A) et 7 pour tous (T)) provenant du Mexique, des États-Unis, du Québec et même du Nunavut.

Les Blettes et Flavia Hevia lauréates d’une résidence de création

Casteliers, le Conseil des arts de Montréal et Le Schatz ont annoncés conjointement les lauréates de la résidence de recherche et de création pour marionnettistes de Montréal. Les heureuses élues sont le collectif Les Blettes et l'artiste Flavia Hevia, récipiendaire de la résidence réservée à un projet d’artistes issu-e-s d’un groupe minoritaire.

Casteliers : en attendant le printemps culturel

L'an dernier à pareille date ou presque, je voyais sans le savoir mon dernier spectacle «en présentiel» avant plusieurs mois; un spectacle pré-pandémique dans un Théâtre Outremont bien rempli, qui abordait les thèmes on ne peut plus à propos des technologies, de la consommation et de l'écologie. C'était au dernier jour du Festival de Casteliers, et la fierté et le soulagement s'entendaient dans le discours que la directrice artistique Louise Lapointe avait livré après cette dernière représentation. Bien peu d'entre nous se doutaient de ce qui nous attendait quelques jours plus tard.

Marionnettes en (dé)confinement – dévoilement de la programmation du Festival de Casteliers

Ce soir était dévoilée la 16e édition du Festival de Casteliers, l'incontournable festival de marionnettes de la métropole. Cette édition, comme à son habitude, aura lieu lors de la semaine de relâche, soit du 3 au 7 mars 2021 et offrira une dizaine de spectacles de formes intimes, pour de petits nombres de spectateurs, enfants et adultes. Toutes les propositions seront des créations québécoises, en solidarité avec la communauté artistique d'ici.

Festival Casteliers : OUF! C’est commencé!

Ces jours-ci, si vous vous promenez du côté d’Outremont, des rues Bernard et Van Horne et de leurs vitrines, soyez attentifs, car le parcours-exposition du Festival Casteliers met en lumière le travail de la sculpteure Claude Rodrigue.

Saison 2 – Épisode 4 – Jeanne Bertoux

Avec Entracte!, le désir de David Lefebvre est de mettre en lumière le travail de personnes du milieu théâtral qui ne se retrouvent pas nécessairement sous les projecteurs. Cet épisode est un cas parfait : faites la rencontre de Jeanne Bertoux, une jeune femme tout aussi charmante que sympathique, au bagage culturel incroyable, qui prône l'art comme outil de tolérance.

Critique – Course effrénée autour d’une bobette rose

Présenté par le Festival de Casteliers hors de sa programmation régulière en matinée familiale au Théâtre Outremont, le spectacle L’Écureuil a volé mes bobettes (créé en 2013 sous le titre Squirrel Stole My Underpants)...

Saison 2 – Épisode 2 – Jocelyn Sioui

Directeur artistique et cofondateur du «band de théâtre» Belzébrute, l'homme de théâtre et ami Jocelyn Sioui n'est jamais tombé dans la facilité ou dans le minimaliste ; on contraire, il s'efforce de créer sans limite, dans le plaisir, de faire ce qu'il a envie de faire. Durant ce touchant entretien, Jocelyn parle des spectacles de sa compagnie, de ses inspirations, des nombreuses références au cinéma. «Mon fun est de plonger dans ce que les gens connaissent, mais de les surprendre». Avec les années, certains spectacles deviennent par contre plus difficiles à porter, dont Manga, dû aux récentes réflexions sur l'appropriation culturelle. «Toute la fantaisie du spectacle est occultée par le problème de "on joue dans une culture qui n'est pas la nôtre"», dit-il.