L’éveil du printemps : un hommage réjouissant aux désirs libres

Inspiré de l’œuvre de Frank Wedekind du même nom, L’éveil du printemps est une ravissante réécriture imaginée par David Paquet (Porc-épic, 2h14), mis en scène par Olivier Arteau (Doggy dans Gravel, Made in Beautiful (La belle province)). Pièce censurée pour sa dénonciation de « l’hypocrisie puritaine » du 19e siècle, elle conserve une pertinence déconcertante encore aujourd’hui en raison des thèmes qui y sont abordés. La coproduction du Trident et du Théâtre Denise-Pelletier reprend les sujets évoqués dans le texte original, soit les violences sexuelles, l’homosexualité, le BDSM, la masturbation et le suicide – principalement leur caractère tabou -, en les bonifiant de perspectives et d’enjeux plus actuels, tels que les questions environnementales et d’identités de genre. Le spectacle dépeint l’éveil du désir et l’acceptation de soi, dans un monde de destruction et de domination patriarcale capitaliste, faisant ainsi l’éloge du pouvoir des corps et de leur rencontre en dépit de la peur.

Une maison de poupée, 2e partie : la brillante suite d’un combat qui est toujours d’actualité

Imaginée telle la «suite» de la pièce Une maison de poupée écrite par Henrik Ibsen en 1879, Une maison de poupée, 2e partie est présentement à l’affiche au Théâtre du Rideau Vert. Traduit de l’anglais par Maryse Warda dans un français plutôt populaire, le texte du dramaturge américain Lucas Hnath place les personnages d’Ibsen quinze ans après que sa protagoniste Nora ait quitter les lieux de son ancienne vie de femme mariée et de mère au foyer. S’il est vrai que connaître la pièce d’Ibsen n’est pas nécessaire à l’appréciation de ce spectacle, il est clair que le public au fait de cette «1ère partie» ne peut que constater davantage à quel point le contexte du 19e siècle peut ironiquement faire écho à celui d’aujourd’hui.

Gaz Bar Blues : Une grande vague d’amour

Vingt ans après sa sortie au cinéma, le Gaz Bar Blues de Louis Bélanger renaît sur les planches de Duceppe. Et 20 ans après avoir été portée par la formidable interprétation de Serge Thériault, cette histoire d’un père de famille propriétaire d’une station-service dans le Limoilou de 1989 va toujours droit au cœur.

Dix quatre : Redite

Prenant la forme d’un presque huis clos, la pièce Dix quatre, de l’auteur canadien Jason Sherman, se passe dans une salle de réunion anonyme où quatre scénaristes tentent d’écrire la nouvelle série policière de l’heure avec tout ce que ça implique de policiers pleins de défauts, mais attachants, de moments de tension et d’héroïsme au milieu de drames personnels. Cependant, entre les divergences d’opinions sur le traitement des personnages et des thèmes et les interventions intempestives d’une productrice aux idées très arrêtées, les scènes de remue-méninges virent à la confrontation.

Albane : briser le cycle infernal de l’atavisme

Première production de la compagnie théâtrale La bouche _ La machine, Albane d’Odile Gagné-Roy est également la première mise en scène de cette jeune autrice et comédienne qui interprète le rôle-titre dans le spectacle. À l’ouverture des portes de la salle, six des sept personnages de la pièce sont déjà en place, immobiles comme des êtres inanimés qui attendent qu’on leur prête vie. L’impression qui se dégage du décor et des accessoires, dont certains sont surdimensionnés, des masques et des maquillages ainsi que de l’éclairage est intrigante et d’emblée porteuse de promesses.

Brillante : la force du nombre et du coeur

Que ce soit pour fuir des parents trop stricts, un foyer où l’amour s’est transformé en colère, une maison vide ou une menace sournoise et intime, les enfants perdus de Brillante trouvent un refuge frêle dans les ruines de ce qui fut autrefois leur école, lieu de rires, de jeux et d’apprentissages.

Les glaces : au jour de la débâcle

Se fracasser contre les glaces provoque des secousses, génère du vacarme, crée des dommages ! Les glaces que l’autrice Rébecca Déraspe a choisi de briser dans cette œuvre théâtrale bousculent, heurtent et ouvrent le précipice béant du passé dans lequel Noémie (Valérie Laroche), Vincent (Christian Michaud) et Sébastien (Olivier Normand) dégringolent, entraînant leurs proches dans leur sillage. Vingt-cinq ans après l’événement qui a bouleversé sa vie, Noémie décide de se confronter à ses agresseurs et de les accuser personnellement de viol. Sans se consulter préalablement, les deux hommes retournent dans le Bas-Saint-Laurent, en plein hiver, pour tenter de calmer les choses. Mais les plaies, même recouvertes d’épaisses couches de gel, demeurent vives.

Come From Away : L’improbable qui a inspiré l’admirable

Offerte en version originale anglaise, la comédie musicale Come From Away, notamment présentée sur Broadway en 2017 est enfin arrivée à Montréal pour quelques représentations. L’histoire prend place à la suite de la tragédie du 11 septembre 2001 alors qu’environ 7000 personnes d’origine étrangère ont généreusement été accueillis, quelques jours, par les citoyens de Gander, petite ville située à Terre-Neuve, au Canada. Cet événement a donné lieu à des rencontres improbables qui sont devenues rapidement significatives et qui a permis la création d’une œuvre remplie d’humanité.

Archipel : Beauté contemplative

Dans la toute douce nouvelle création de L’Illusion, Théâtre de marionnettes, trois étoiles quittent le ciel pour aller à la découverte d’un archipel, de ses paysages, de ses sons et des étranges créatures qui le peuplent. Avec Archipel, l’idéatrice et metteuse en scène Sabrina Baran propose un périple au coeur d’un monde singulier qui sollicite notre imagination.

Moby Dick : l’esprit humain dans la tourmente

Le titre de cette grande œuvre de l’auteur américain Herman Melville éveille aussitôt en nous des images de mers déchaînées et d’affrontements épiques où se mesurent l’orgueil et la soif de vengeance d’un homme à l’impitoyable baleine qui lui a arraché une jambe. Or, le roman écrit au milieu du 19e siècle est beaucoup plus près du récit philosophique et de l’observation sociale que du typique roman d’aventure. Avec l’auteur, on descend dans le gouffre des sentiments humains.